Sur les pas du bien-aimé Mohammed (BP sur lui) 17/23

Publié le

 
 Episode 17 : La pleine lune nous est apparue…
 
Introduction  et résumé de la période mecquoise :
Avant de parler de l’arrivée du Messager d’Allah (BP sur lui) à Médine, nous aimerions récapituler les treize années depuis le début de la mission à la Mecque jusqu'à la Hidjra (émigration) à Médine.
Nous pouvons dire en quelques mots que cette période était une histoire de défis, de détermination et de consolidation ou, l’histoire de la ténacité de la vérité face aux intérêts personnels.
Le Prophète (BP sur lui) voulut tout d’abord former son état major avec des hommes qui allaient l’aider à communiquer son message à l’humanité. Il savait que pour défendre la vérité, il aurait besoin d’hommes énergiques, positifs, de noble morale, qui sauront réunir les gens autour d’eux. En trois ans, il en avait réuni deux cents. Le Messager choisissait soigneusement ses compagnons, les prenait dans toutes les classes de la société et toutes les tribus.
A la troisième année de la Mission, le Messager (BP sur lui) reçut l’ordre de rendre sa Da‘wa publique et il passa à la seconde étape de son plan qui était la divulgation de son message. L’oppression et la tyrannie allaient sévir contre les Musulmans, en même temps que le Messager (BP sur lui) fondait Dar Al-Arqam où il formait ses compagnons avec des leçons de politique, de morale et de spiritualité. C’est également en cette année que Hamza et ‘Omar qui devaient être un important soutien aux Musulmans embrassèrent l’Islam. Qoraïche, voyant que les persécutions des Musulmans ne donnaient pas de résultat, essaya les négociations et les offres alléchantes. Rien ne séduisait le Prophète (BP sur lui) et il leur proposa à la place un traité de Al-Foudoûl (la vertu) qu’ils refusèrent.
De la sixième à la neuvième année ce fut le blocus des Musulmans dans les cols des Bani Hâchem et ensuite l’année de la tristesse où moururent Khadîdja et Abou Tâleb. Réalisant, qu’il ne pouvait aboutir à rien avec les Quraychites, le Messager (BP sur lui) pensa chercher des alliances hors de la Mecque. Il n’eut pas de succès avec les gens de At-Tâëf et non plus avec les tribus qui venaient à la Mecque dans la saison du pèlerinage. Finalement, après vingt-cinq échecs, il réussit avec un petit groupe de jeunes hommes de Médine.
A la onzième année, les Ançâr de Médine lui firent le serment d’allégeance mineur de Al-‘Aqaba, à la douzième année ce fut le serment d’allégeance majeur et à la treizième la Hidjra (émigration).
Leçons à tirer de la période mecquoise :
Quelles leçons pouvons-nous tirer de ces treize années et en quoi peuvent-elles nous être utiles de nos jours ? Elles se résument en douze points :
1-                  Une majestueuse mission accomplie par le Prophète (BP sur lui) et qui consistait à mettre en valeur la Terre. Les Compagnons y ont eu foi, l’ont portée dans leur cœur et ont vécu pour elle. L’idée d’une renaissance pour notre Umma peut-elle emplir de même les cœurs et les esprits des millions de téléspectateurs qui nous voient ?
2-                  Un modèle de patience, de sacrifice, de détermination, d’acharnement, de peur et de mort. L’histoire continuelle de tous ceux qui vivent pour une mission. Soumayya et Bilâl en sont la meilleure preuve. Pouvez-vous faire de pareils sacrifices, fournir l’effort nécessaire et suivre les pas du Bien-aimé pour réussir notre renaissance ?
3-                  L’entraînement spirituel et intellectuel que le Prophète (BP sur lui) a offert aux Compagnons à Dar Al-Arqam et qui serait bien nécessaire à tous les jeunes de nos jours. Cela est essentiel pour eux, qu’ils fassent partie des “Sounnâ‘ al-Hayat” (les Bâtisseurs de la vie) ou non.
4-                  Une planification intelligente et lucide, une expérience purement humaine. Les révélations du ciel n’y aident pas, les miracles consolident et relèvent le moral mais ne changent pas les évènements. Nous devons agir de même, penser ensemble au plan de notre renaissance et unir nos efforts parce qu’elle ne se fera pas seule. Allah nous gratifiera de signes pour nous consolider et nous avons le Coran.
5-                  Une coexistence pacifique et positive avec les autres. Je dis qu’il n’y aura pas de renaissance sans coopération avec le monde oriental et occidental. Je ne suis pas entrain de raconter des histoires avec la Sira du Prophète (BP sur lui), je présente un modèle à suivre pour réussir notre renaissance.
6-                  La maîtrise de soi quelles que soient l’oppression et l’injustice. C’est le chemin des prophètes, nous n’en avons jamais vu un qui se vengeait. Il faut préserver la société et non la détruire.
7-                  Le rôle de la femme en Islam qui est parfois plus important que celui de l’homme. Nous avons vu les exemples de Khadîdja et Asmâ’ bint Abi Bakr et comment des femmes furent les causes de la conversion de ‘Omar et Hamza. Il ne peut y avoir de renaissance de nos jours tant que la femme est privée de ses droits. L’Islam imputé de ces injustices fut le premier à lui instaurer son dû.
8-                  Acceptation des échecs et d’un pourcentage d’erreurs comme il y en a eu dans l’histoire du Prophète (BP sur lui). Il n’y a pas de plan parfait et les erreurs sont utiles avec les leçons qu’elles donnent.
9-                  L’importance de l’espoir. Il faut apprendre que le succès commence à pointer aux moments les plus sombres.
10-               La confiance en Allah qui est une part importante du culte avec la lecture du Coran, les Do‘a et la prière surtout celle effectuée la nuit. L’énergie spirituelle donne de la force physique  et c’est pour cela que notre devise est “La renaissance au moyen de la foi”. Il faut établir des plans et essayer toutes les causes matérielles possibles tout en étant sûr que le triomphe vient d’Allah.  
11-               Quatre qualités morales essentielles qui percent toujours dans la Sira : la véracité, la probité, la fidélité et la ténacité.
12-               Un principe important “Ne jamais préférer ses intérêts aux dépens de la vérité”. Les gens qui recherchent les biens matériels, le poste ou la puissance doivent faire attention et se rappeler ce verset – qui peut être traduit par - : “ Que périssent les deux mains d'Abû-Lahab et que lui-même périsse. Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu'il a acquis. Il sera brûlé dans un Feu plein de flammes, (TSC[i], AL-MASAD (LES FIBRES) : 1, 2, 3). La faute principale des mécréants de Qoraïche fut de défendre leurs intérêts matériels sans aucun égard pour la vérité. Nous avons vu où cela les a amenés.
Pouvons-nous après avoir appris ces leçons faire le serment de les mettre en pratique et de suivre les pas du Bien-aimé ?
Fondation de la nation :
Après son départ vers Médine, le Messager (BP sur lui) laissait derrière lui à la Mecque des Musulmans qui n’avaient pu le suivre, en plus de ceux qui le défendaient sans avoir embrassé l’Islam comme les Banou Hâchem. Là, nous devons nous demander pourquoi il ne les a jamais incités à faire des troubles ou à s’insurger à la Mecque après son départ. Tout simplement parce que le Prophète (BP sur lui) respecte les principes propres à chaque société. Il considère que, dans chaque communauté, les personnes sont des individus à part entière avec leurs devoirs et leurs droits et aucun ne doit nuire au pays où il a choisi de vivre. Voyez-vous ce raffinement ? C’est ce qu’on appelle de nos jours la citoyenneté. Les Musulmans vivant dans les pays étrangers ne doivent pas faire du tort à la société où ils se trouvent. Malgré que le Messager sût qu’il y en avait parmi ceux qui ont été obligés de venir à Badr, en guerre contre les Musulmans, il ne les a jamais encouragés à le faire. Il faut également savoir que ses guerres contre les Juifs de Médine n’étaient pas dues à la haine ou à l’esprit de vengeance mais à leur défection aux traités signés avec lui. Il leur a toujours dit qu’ils auraient leurs droits à condition de respecter les principes de la société.
Arrivée à Médine :
Un lundi, deux semaines après son départ de la Mecque, le Messager arriva à Qibâ’ une banlieue à dix kilomètres de Médine. Il y demeura quatre jours pour honorer ses habitants qui l’avaient reçu affablement et donner à ceux de Médine le temps de se préparer à sa venue. Il y construit la première mosquée musulmane mentionnée par ce verset – qui peut être traduit par - : “ Car une Mosquée fondée dès le premier jour, sur la piété, est plus digne que tu t'y tiennes debout [pour y prier]. On y trouve des gens qui aiment bien se purifier, et Allah aime ceux qui se purifient. " (TSC, At-Tawba (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 108).
A la nouvelle de la proche arrivée du Messager, Médine s’apprêta à le recevoir en fête. Pour imaginer leur bonheur, nous rapportons ce commentaire fait par Anas ibn Mâlik, compagnon et serviteur du Messager : “Toute chose s’est illuminée à l‘arrivée du Messager d’Allah (BP sur lui) à Médine et s’est assombrie à sa mort.” Chaque matin les habitants couraient aux abords de la ville et se mettaient à scruter l’horizon jusqu’à la chaleur du milieu du jour. Un matin qu’ils étaient repartis, ils entendirent ce cri d’un Juif perché sur un dattier : “Ô les Arabes, voici venu l’homme que vous attendiez.” Tout le monde accourut de toute part et les gens se bousculaient pour voir le Messager tant attendu. Ils ne savaient pas lequel des deux était-ce, lui ou Abou Bakr, jusqu’à ce que, pour le faire remarquer, ce dernier l’ombragea délicatement de sa cape. Tous chantaient des vers qui avaient fusé des cœurs et disaient :
La pleine lune nous est apparue
Sur les collines où nous avons accouru
Envers Allah, nous devons être reconnaissants
Et exprimer dans nos do’a des remerciements.
Ô toi le messager, parmi nous annoncé,
Tes ordres seront obéis et respectés
Médine, par ta venue est honorée
Bienvenue, ô meilleur des messagers.
Quand le Prophète mit pied à terre, il prononça un discours. Ce fut sa première allocution à Médine. Les gens de Médine silencieux étaient groupés autour de lui. Il leur dit : " faites répandre la paix entre vous, faites manger les autres de votre nourriture. Prenez soin des vos parentés, priez la nuit quand les gens préfèrent le sommeil et vous entrerez au paradis en paix." Mais quel discours était ce ?! Un discours politique ? Social ? Économique ou religieux ? Tous à la fois. Médine souffrait encore des séquelles d'une guerre aux plaies encore fraîches, et les animosités étaient susceptibles de se raviver à cause des intrigues des juifs. Comme il y avait parmi eux des gens pauvres et démunis, et qu’ils venaient d'accueillir chez eux les émigrants. La parole concise et éloquente du Prophète avait touché à tous ces points. Il leur recommanda de répandre la paix justement pour consolider l'union et la fraternité entre eux. Puis il les exhorta de partager leur nourriture avec les pauvres et les nécessiteux pour voir se renforcer ces mêmes liens de fraternité et d'humanité. Et enfin, il leur demanda de prier la nuit pour élever leur foi et éduquer leurs âmes afin d'atteindre ces nobles caractères.
Nous pouvons admirer la constance des valeurs et la morale du Prophète à travers cet épisode. Il a débuté son discours par la paix, car son message a commencé par une étreinte de Djibril. Il prêche la bienfaisance et la miséricorde envers les plus démunis, tout comme Khadîdja le soutint quand il avait reçu la révélation et qu'elle lui dit : Tu préserves les liens de famille, tu secours le faible, tu donnes au pauvre, tu honores ton invité et tu aides contre l’injustice.
Installation du Prophète (BP sur lui) à Médine :
Après ce discours, les gens de Médine se bousculèrent pour offrir l'hospitalité au Prophète et gagner l'honneur de l'accueillir chez eux. Mais Abou Ayoub les a devancés et a pris les bagages du Prophète et les a emmenés chez lui. Quand le Prophète s'enquit sur ses bagages, Abou Ayoub lui dit qu'ils sont chez eux, alors le Prophète apprécia son geste et choisit de descendre chez lui.
La maison d'Abou Ayoub se constituait de deux étages. Le Prophète par politesse demanda à son hôte qu'il le laisse habiter l'étage du dessous. Mais Abou Ayoub lui dit : nous ne saurons habiter à l'étage supérieur et savoir que nous pieds sont au dessus de toi. Le Prophète, fin qu'il était, lui dit que beaucoup de gens lui rendront visite et qu'il ne voulait pas importuner son ménage et sa famille. Le Prophète habita donc à l'étage inférieur. Un jour, la femme d'Abou Ayoub laissa tomber une jarre pleine d'eau, apeurés ils se sont mis à sécher l'eau avec leurs effets pour qu'elle ne traverse pas en bas dans le logis du Prophète ! Alors Abou Ayoub insista auprès du Prophète pour qu'il habite à l'étage supérieur et le Prophète accepta.
Abou Ayoub conviait le Prophète à partager ses repas, et parfois, il lui apportait son dîner dans sa chambre. Un jour, le Prophète leur rendit le plat et Abou Ayoub s'aperçut qu'il n'avait pas touché à la nourriture. Il monta alors chez le Prophète et lui demanda si la nourriture ne lui plaisait pas. Le Prophète lui répondit que le repas contenait de l'ail et qu'il n'aimait pas avoir une mauvaise haleine, lui qui recevait l'Ange Djibril et qui devait rester en compagnie des gens !
Pouvons-nous imaginer que le Prophète soit notre invité durant ce mois sacré ? Que serait notre conduite alors ? Comment seraient nos maisons ? Nous devons toujours sentir sa présence à travers la présence de ses préceptes et de sa sunna.
Abou Ayoub Al-Ançari mourut en martyr durant la conquête de Constantinople. On l'a enterré sous la muraille de la ville. Aujourd'hui une mosquée est bâtie autour de son tombeau. Allah l'a honoré et a fait qu'il ne soit pas seul dans sa mort; car des centaines de gens prient quotidiennement près de sa tombe depuis des siècles !
Médine après l’émigration :
Médine a été bouleversée par l'émigration du Prophète en son sein. De nouvelles données se sont installées, et la ville est devenue d'une extrême complexité. Regardons de près ces nouvelles composantes et essayons de faire une analyse sociologique des ces nouveaux éléments.
Elle a reçu les mouhajirines, des étrangers à la communauté, des gens qui ont quitté leur pays auquel ils étaient très attachés, et qui ont émigré vers une nouvelle terre sans gîte ni ressources. Qui sont de surcroît, des gens qui se connaissent et s'adonnent au commerce, alors que Médine était un pays d'agriculture et ses habitants vivaient du travail de la terre. Un métier qui exige beaucoup de temps pour l'apprendre et le parfaire. Le nombre des mouhajirines ne cessait d'augmenter, alors que les ressources étaient limitées.
Les mouhajirines trouvèrent du mal à s'adapter au climat de Médine. Beaucoup d'entre eux tombèrent malades, parmi eux Abou Bakr qui a souffert d'une épidémie qui s'est répandue dans la ville. A tel point que le Prophète pria Allah et dit : "ô Allah fais que nous aimions Médine comme nous aimons la Mecque. Ô Allah purifie Médine et chasse tous les maux qui l'habitent."
Du côté des ançar, les choses n'étaient pas meilleures. Ils étaient partagés entre les Khazraj et les Aws. Les ressentiments sont encore vifs parmi eux à cause des guerres successives qui les avaient secoués. Leur souci était de s'accaparer les honneurs dans la nouvelle communauté qui venait de naître. Il existait encore parmi eux des gens qui ne voulaient pas embrasser l'Islam. Mais le plus grave, c'est qu'une nouvelle catégorie de gens était apparue; les hypocrites. Des gens qui se sont soumis à l'imposante force de l'Islam à Médine, et qui se sont convertis par ruse et mensonge mais qui vouaient une haine indescriptible au Prophète et ses compagnons.
Il y avait aussi à Médine une forte communauté juive. Les juifs dominaient le commerce des grains, des vins et du tissu. Ils étaient propriétaires de quasi tous les puits de la ville. Ils étaient des gens du livre et méprisaient les arabes qui étaient polythéistes. Avec l'avènement de l'Islam, leur haine s'est accrue envers les arabes qui avaient reçu l'honneur que le messager soit l'un des leurs alors que les juifs s'attendaient à ce que le dernier prophète soit juif.
Tous les ingrédients de l'éclatement étaient présents à Médine à ce moment là. Mais le Prophète a su déjouer tous ces problèmes, et il a unifié toute cette communauté au bout de deux années seulement. Pour ce faire, le Prophète entreprit trois choses. En premier lieu, il construisit la mosquée. Il en fit un lieu où se fondirent toutes les différences et toutes les animosités. Aws et Khazraj, mouhajirines et Ançar, pauvres et riches s’y retrouvaient. De cette mosquée, le Prophète en a fait une école, un lieu de rencontre qui abritait les réunions du Prophète avec ses compagnons et où sont prises toutes les décisions concernant la communauté. Elle était la tribune de laquelle le Prophète prêchait et apprenait aux compagnons leur religion. Aujourd'hui, le spectacle de nos mosquées désole. Elles sont devenues des lieux de prière dépourvus de toute âme.
Pour bâtir la mosquée, le Prophète a associé tous les habitants de Médine. Tout le monde a pris part à sa construction. Le Prophète lui-même y participa, et les compagnons racontent qu'il était devenu tout noir, sali par la terre durant le travail.
Le Prophète afin de souder encore mieux les rangs de cette communauté, décida de fraterniser les compagnons. Il fit cohabiter les mouhajirines et les ançar. Ainsi, chacun des Ançars devait recevoir chez lui et partager sa maison avec un mouhajir. Les mouhajirines qui étaient convertis bien avant les Ançars devaient apprendre à leurs frères de Médine leur religion. Le Prophète était d'une grande douceur et il ne manquait pas une occasion pour mettre de la joie dans le cœur des compagnons. Les compagnons rapportent plusieurs anecdotes qui mettaient en valeur l'esprit fin du Prophète. Un jour le Prophète et Ali étaient assis entrain de manger des dattes. Ali mangeait et mettait les noyaux devant le Prophète. Le Prophète regardait et le laissa faire. Quand ils eurent fini, Ali s'écria : as-tu mangé toutes ces datte ô Messager d'Allah ?! Et le Prophète lui répondit : et toi Ali, as-tu mangé les dattes avec leurs noyaux ?!
Le Prophète ne se contenta pas de cela mais il mit au point une sorte de convention dans laquelle il désigna les droits des uns et des autres. Des devoirs des habitants de Médine envers leur communauté; sa sécurité et sa défense. Et il détermina la position des juifs dans la ville; leurs droits et leurs devoirs. Les clauses de cette convention sont révélatrices à plus d'un titre. Il y est dit :
·         Les musulmans de Qoraïche et de Yathrib (Médine) et ceux qui les suivront dans le sentier d'Allah sont une seule nation.
·         Les juifs de Médine sont une même nation au même titre que les autres croyants.
·         Il incombe aux musulmans et aux juifs de subvenir chacun à leurs besoins. Ils sont tenus de se porter secours et alliance pour défendre cet accord. En temps de paix, ils se doivent le conseil et les bienfaits, aux musulmans leur religion et aux juifs leur religion.
·         Il n'est permis à aucun des habitants de Médine de sortir combattre et prêter main forte à un ennemi contre Médine que par ordre de Mohammed.
Cette convention a consacré l'unité des habitants de Médine; mouhajirines et ançar, mais aussi musulmans et juifs. Elle a garanti aux juifs leur liberté du culte et le Prophète ne les a nullement contraints à se convertir ou à s'expatrier. Le Prophète a même changé le nom de la ville et l'a appelée Médine alors que son nom était Yathrib. Un nom sans consonances, ni ethniques, ni religieuses.
Conclusion :
L'épisode d'aujourd'hui a été chargé de sens. Je conclus en rappelant la leçon que nous avons apprise : la cohabitation entre musulmans et non musulmans. La possibilité de vivre au sein de la même nation en toute harmonie. Et puis, admettez que le prophète soit votre invité durant ces derniers jours de ramadan et faites en sorte qu'il soit content de vous.
Demain nous parlerons de l'expédition de Badr pour renouer avec la spiritualité de ce grandiose événement.

Publié dans Islam

Commenter cet article