Travail personnel

Publié le

Les points de vues
"Si je devais me définir moi-même et définir mon emplacement dans le monde, qu'est-ce que je dirais ?"
Il est difficile de répondre à cette question parce que ce n'est pas un thème de conversation habituelle. Dans notre société, on parle beaucoup des aspects superficiels et secondaires des personnes et au contraire, on parle peu des thèmes existentiels.
Si malgré les premières résistances, nous répondons à cette question, nous nous rendons compte que nous avons une vision très rigide de nous-même. Dans chaque enceinte de notre vie, nous avons tendance à nous voir d'une façon concrète. Par exemple, dans le milieu familial, j'adopte un rôle selon une place déterminée que j’occupe: la mère protectrice, le fils rebelle etc. Et de la même façon, nous voyons les autres de façon rigide et concrète.
            Mais cette vision particulière n'est rien de plus qu'une façon de voir les choses. Il peut y en avoir de différentes. Par exemple, si plusieurs personnes décrivent un stylo, certains vont décrire sa forme, ses dimensions, d'autres vont parler de sa texture, de sa couleur, d'autres encore vont développer son utilité, ce à quoi il sert, etc.
Il est important de travailler et de développer notre capacité à bouger les images, à varier le point de vue que nous avons par rapport à une personne ou à une situation. Si nous gagnons en flexibilité et en mobilité d'images, nous gagnerons en liberté d'action.
 
1- Se souvenir d'une situation difficile que nous avons vécue. Souvenons-nous quelle fut notre vision du problème, notre réponse. Souvenons-nous de cette situation telle qu'elle était (sans interprétation).
2- Maintenant, essayer de varier le point de vue face à ces situations. N'aurais-je pas pu donner une réponse différente, plus intéressante ? Imaginons une autre façon de voir la situation et d'agir
Échanger avec d'autres sur les difficultés rencontrées pour faire cet exercice.
3- Si je devais me définir moi-même et définir mon emplacement dans le monde, qu'est-ce que je dirais ?"
 
Les aspirations
 
Dans ces temps accélérés et confus, de nombreuses personnes se sentent perdues au sujet de leur vie. Le système nous lance ses propositions, ses images modèles de comment nous devrions vivre mais fréquemment, ces images se contredisent ouvertement avec non seulement nos possibilités réelles, mais aussi avec nos plus intimes aspirations.
Serais-je vraiment heureux et comblé en tant que personne en accumulant une grande quantité d'objets, en consommant toute sorte de biens? En ayant une famille belle, souriante et saine dans une petite maison avec jardin? Si par un incroyable coup de chance j'obtenais tout cela, verrais-je toutes mes aspirations réalisées? Qu’est-ce ce que j'attends de la vie? Et que se passerait-il avec le monde qui m'entoure, avec toutes ses carences, injustices et inégalités? Serait-il suffisant d'acheter quelques articles dont on m'assure qu'une partie des bénéfices sera remise à une cause humanitaire? Si nous ne cédons pas à la luminosité des images publicitaires, nous pourrons alors nous rendre compte de la platitude, de la désobligeance et du manque de niveau de ces projets.
Si l'humanité a progressé en gagnant en intelligence et en contrôle du monde qui l'entoure c'est parce que des êtres humains ont lutté contre les phénomènes naturels adverses, contre la maladie, contre l'oppression et la violence et contre leurs propres tendances égoïstes.
Si le monde a avancé, c'est grâce à la générosité de personnes qui, lors de leur passage par la vie, ont laissé le monde un peu mieux que quand ils l'ont rencontré.
Le point aujourd'hui est : dans quelles conditions voulons-nous vivre ? Nous pouvons choisir de nous situer face à la vie comme récepteurs, comme consommateurs, comme victimes ou nous pouvons choisir d'être membres actifs de la société en luttant pour améliorer les conditions de vie, non seulement les nôtres ou celles de notre famille, mais aussi de toutes les personnes jusqu'où peut arriver notre action.
Cela signifie-t-il qu'il faille renoncer à d'autres intérêts de confort, de beauté, de prestige ? Pas nécessairement. Il suffit de mettre chaque chose à sa place, puis d'éclaircir nos priorités. Si nous bougeons dans la vie en ayant l'image claire de ce qui est important pour nous, nos actions, nos émotions, nos pensées s'orienteront dans cette direction et donneront à chaque chose la place et l'attention qui lui correspond.
 
            1-Quelles sont mes aspirations les plus profondes (ce qui m'importe réellement d'atteindre), et quelles sont les difficultés que je rencontre pour les réaliser ?
 
Processus Humain
"Je vois au loin arriver un train, il arrive, il s'approche, la fumée se rapproche, il passe, je le vois partir, s'en aller, il est parti. Mais sans moi. Je voulais et je devais prendre ce train."
Être un élément du processus historique, de l'évolution humaine et être le processus, l'évolution, le train, ce n'est pas la même chose.
Il y a en chacun de nous un passé (les souvenirs, la mémoire historique, sociale, et personnelle), il y a un présent (la situation que je vis) et il y a un futur (ce que je veux être, ce que j'imagine). Ces trois temps existent dans notre conscience non pas séparément mais ensemble comme s'ils étaient un seul et même temps. Effectivement, personne ne s'arrête et pense : "Ah, tiens, ma conscience est en train de projeter mes souvenirs dans le présent..."
Ainsi, en général, nous ne nous rendons pas compte que nous faisons partie d'une évolution, d'une histoire, d'un processus commencé il y a des millions d'années et qui continuera encore on ne sait combien de temps. Nous faisons partie d'une histoire et nous sommes l'histoire, chacun de nous influence, de façon positive ou négative, l'histoire humaine.
Dans la vie de chaque être humain, il y a cette possibilité : être le protagoniste de sa propre vie ou laisser les conditions externes (l'argent, l'ambiance dans laquelle je me trouve, le ou la petite amie...) choisir comment vivre et qui être.
Ainsi, dans le passé il y eu quelques "utopistes" accusés de sorcellerie qui pensaient que la terre était ronde, que les hommes pouvaient voler, que les maladies comme la peste ou le simple rhume pouvaient être vaincues... En ce temps-là, c'étaient des utopies, mais nous en avons les bénéfices aujourd'hui.
Nous pouvons donc affirmer que penser à ce que nous voulons être et vivre dans le futur en luttant afin d'améliorer nos conditions de vie et celles des autres n'est pas seulement une utopie, mais c'est vraiment écrire l'Histoire et déterminer la direction que prend notre vie et celle de beaucoup d'autres personnes.
"C'est la contradiction qui inverse la vie et génère la souffrance...Le soleil se couche afin que le jour soit nuit, mais le jour sera ce que j'en ferai." (humaniser la terre)
1-À partir de vos réflexions faîtes sur votre emplacement dans le monde et celles sur vos aspirations, décrivez votre point de vue sur vos projets futurs.
2- Quels sont les obstacles que vous appréhendez?
3- Comment vous serait-il possible de renforcer la cohésion entre vos aspirations et votre situation dans le monde, et ce, malgré les obstacles qui peuvent survenir.
Échange
 
‘’Quand quelqu’un comprend que l’individualisme schizophrénique n’a plus d’issue et qu’il communique ouvertement avec toutes ces connaissances ce qu’il pense et ce qu’il fait sans la ridicule peur de ne pas être compris, quand il s’approche des autres, quand il s’intéresse à chacun et non à une masse anonyme, quand il favorise l’échange d’idées et la réalisation de travaux communs, quand il expose clairement la nécessité d’amplifier cette tâche de reconnexion dans un tissu social détruit par d’autres, quand il sent que même la personne la plus « insignifiante » a une qualité humaine supérieure à n’importe quelle brute placée au sommet de la conjoncture ... quand arrive tout cela, c’est parce qu’à l’intérieur de cette personne commence à parler, de nouveau, le Destin qui a fait bouger les peuples dans leur meilleure direction évolutive; ce Destin, tant de fois dévié et tant de fois oublié, mais toujours retrouvé dans les tournants de l’histoire. ‘’( Silo, Lettre à mes amis, lettre no.1)

Publié dans elghali

Commenter cet article