Sur les pas du bien-aimé Mohammed (BP sur lui) 19/23

Publié le

Episode 19 : La bataille de Uhud

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l'univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.
Introduction :
La bataille de Uhud eut lieu un samedi, le 7 du mois de Chawwâl de l’année 3 de l’Hégire. Les mécréants de la Mecque s’y apprêtaient sous prétexte de venger leurs morts de la bataille de Badr, mais en réalité c’était toujours pour défendre leurs intérêts matériels. Ils voyaient que leur influence était menacée dans la péninsule arabe, que celle des Musulmans prenait la relève et que de nombreuses tribus prêtaient oreille au Messager (BP sur lui). Ils eurent peur pour leurs biens et leur commerce. Le Messager (BP sur lui) eut beau leur dire : “Ne vous interposez pas entre les gens et moi.” ils ne revenaient pas à la raison.
Les mécréants de Qoraïche allaient commencer les agressions. Un verset décrit leur attitude –il peut être traduit par - :Et est-ce pour vous [une façon d'être reconnaissant] à votre subsistance que de traiter (le Coran) de mensonge? " (TSC[i], Al-Wâqi`a (L'EVENEMENT) : 82). Ce qui signifie qu’ils vivaient principalement pour nier le Message tandis que d’autres vivent pour le transmettre et ne craignent pas la mort à condition de pouvoir le communiquer.
La consultation :
Le Prophète apprit que les mécréants avaient rassemblé trois mille hommes et firent don de tout l’argent rapporté par une caravane pour subvenir aux frais de cette bataille. Il avait également fait un songe où il portait une armure sûre, la pointe de son épée était cassée et des vaches étaient égorgées. Il l’interpréta ainsi : L’armure c’était Médine un fort imprenable, l’épée un membre de sa famille qui devait mourir et la vache ses compagnons qui allaient être tués.
Le Prophète  (BP sur lui) réunit les gens pour leur demander conseil. Il aurait pu prendre sa décision seul avec les renseignements qu’il avait et le songe, puisque les songes des prophètes sont des réalités, mais la consultation était essentielle dans son système. Il réunit les hommes mûrs et les jeunes et leur demanda leur avis pour la guerre. Ces derniers avec leur fougue, et parce qu’il y en avait certains qui n’avaient pas assisté à Badr, dirent qu’ils devaient aller à l’encontre de l’ennemi. Les premiers voyaient qu’ils devaient demeurer à Médine et s’y fortifier. Le Messager dit : “Oui restons à Médine et s’ils l’envahissent nous les combattrons dans les ruelles et les femmes leur feront la guerre de sur les toits des maisons.” Voyez-vous comment les femmes sont présentes en tout, dans la politique, dans la Da‘wa et même dans la guerre. Cessons de négliger leur rôle.
Mais le Messager n’a pas imposé son avis à ses compagnons et ne leur a pas raconté son rêve pour ne pas les influencer. Il prit les voix à la fin de la discussion et la majorité voyait qu’il fallait aller à l’encontre de l’ennemi hors de la ville. Il entra chez lui, mit ses habits de guerre et revint vers ses compagnons. A son retour, ces derniers, ayant senti qu’ils l’avaient obligé à prendre une décision autre que ce qu’il aurait aimé, lui dirent: “C’est comme si nous t’avons fait prendre une décision malgré toi, ô Messager.” Il se fâcha parce qu’il n’aimait pas les voir hésitants et les voir changer d’avis pour le ménager. Une fois la décision prise par la majorité, il fallait s’y conformer sans lui faire des concessions parce qu’il était le chef. Il leur répondit : “Un Prophète ne peut enlever l’habit de guerre après l’avoir porté avant qu’Allah ne fasse tomber Sa sentence entre lui et l’ennemi.” Il pensait qu’une fois la décision prise, il ne fallait plus hésiter mais mettre sa confiance en Allah et poursuivre.
Le Messager (BP sur lui) accompagné de mille combattants partit à la rencontre de Qoraïch. Au milieu du trajet, ‘Abdillâh ibn Obay, le chef des hypocrites, décida de retourner avec ses partisans au nombre de trois cents pour mettre le trouble dans l’armée des Musulmans. Il prétextait qu’il était fâché que le Prophète  (BP sur lui) n’ait pas suivi son conseil de demeurer à Médine. Il amputait l’armée d’une bonne partie de ses combattants et, pour raffermir les sept cents, un verset fut révélé –il peut être traduit par - : “Quand deux de vos groupes songèrent à fléchir! Alors qu'Allah est leur allié à tous deux! Car, c'est en Allah que les croyants doivent placer leur confiance. " (TSC, 'Al-`Imrân (LA FAMILLE D'IMRAN) : 122).
La bataille :
Le Prophète (BP sur lui) avait dit à propos de la montagne Uhud : “C’est une montagne que nous aimons et qui nous aime.” Elle a défendu les Musulmans contre leur ennemi. C’est une montagne rocheuse sans verdure ni plante mais elle porte des traces du sang des martyrs. Une fois le Messager (BP sur lui) se trouvait dessus en compagnie de Abou Bakr, ‘Omar et ‘Othmân. La montagne trembla et le Messager se baissa, tapota la terre et dit : “Doucement Uhud, tu portes sur toi un Prophète, un véridique et deux martyrs.” C’était l’annonce du martyre pour ‘Omar et ‘Othmân. Cette montagne qui a été le terrain de la bataille se trouve au nord de Médine. De nos jours on y trouve la place des martyrs avec le cimetière où les Musulmans morts à la bataille de Uhud furent enterrés.
Arrivé au bas de la montagne Uhud, le Messager (BP sur lui) mit en œuvre son plan de guerre. Il allait avancer à la rencontre de l’ennemi parce que Médine n’avait qu’une seule entrée à travers un passage entre ses montagnes qui ne peuvent être escaladées à cause de leur nature rocheuse et abrupte. Sa stratégie était d’empêcher Qoraïche dont le nombre de combattants était de trois mille de contourner l’armée musulmane, il voulait la rencontrer face à face. Si les Musulmans qui n’étaient que sept cents se laissaient encercler par ce grand nombre, ils seraient perdus. De plus, la rencontre de face serait à leur avantage parce qu’ils avaient la force de la foi qui rend intrépide. Le Messager plaça un bataillon, tout à fait à droite du passage entre les montagnes, de façon à ne laisser aucun espace à l’ennemi pour passer. A gauche, pour empêcher toute avance de l’ennemi, il plaça cinquante tireurs sur un monticule. Ils avaient pour charge de tirer sur les soldats ennemis qui essayeraient de passer pour contourner les Musulmans par l’arrière de la montagne. Ainsi sa droite bloquée et sa gauche gardée par les tireurs, il allait entrer de face dans la bataille dans ce passage étroit et avec toute la force de son armée.
Abou Soufiân arriva. Il avait, comme le Prophète (BP sur lui) l’avait deviné, divisé son armée en une aile gauche, une aile droite et un centre pour pouvoir contourner les Musulmans. Son aile gauche commandée par ‘Ikrima ibn Abi Djahl comprenait sept cents soldats, sa droite commandée par Khaled ibn al-Walîd comprenait trois cents cavaliers et lui-même au centre avait deux mille combattants. Il avait pensé encercler les Musulmans par les deux ailes gauche et droite et, attaquer de face. Mais ses soldats de droite ne trouvaient pas de passage et Khaled ibn al-Walîd à gauche n’arrivait pas à contourner le monticule des tireurs.
La bataille commença donc d’après le plan du Messager (BP sur lui). Il donna l’étendard à Mos‘ab ibn ‘Omaïr et le commandement à Hamza ibn ‘Abdil Mottalib avec deux aides, Ali ibn abi Tâlib et Az-Zoubaïr ibn al-‘Awwâm. L’armée musulmane bouchait toute l’entrée du passage entre les montagnes et l’attaque commença. Du côté de Qoraïche le drapeau était porté par neuf hommes de la famille ‘Abd Iddâr.
Le Messager (BP sur lui) avait donné des ordres précis aux tireurs avec lesquels se trouvait ‘Abdillâh ibn Az-Zoubaïr et leur avait dit de ne jamais quitter leur poste même s’ils voyaient les Musulmans tués et mangés par les vautours. Il savait exactement ce qui allait se passer.
Le Messager (BP sur lui) se jeta au milieu du combat pour encourager ses soldats. Il leva son épée d’une main et cria : “Qui prend cette épée ?” Tous les Compagnons crièrent : “Moi.” Il reprend : “Qui prend cette épée avec tous ses droits ?” Ils demandent alors : “Et quels sont ses droits, ô Messager d’Allah (BP sur lui) ?” Il dit : “Tuer ces mécréants avec.” Abou Doujana la prit. Il avait un turban rouge qu’il portait en guerre lorsqu’il voulait dire qu’il allait combattre jusqu’à la mort. Il l’enroula sur sa tête et fonça dans la bataille. Azzoubaïr Ibn al-‘Awwâm raconta qu’il le suivit et le vit abattre les ennemis un après l’autre jusqu’à ce qu’il se trouvât devant un cavalier au visage voilé. A un moment ce dernier se dévoila et Abou Doujana se trouva devant une femme qu’il refusa d’abattre parce que le Messager (BP sur lui) n’avait jamais battu une femme. Il avait donc effectivement usé de cette épée en lui donnant tous ses droits.
Hamza, l’oncle du Prophète (BP sur lui) se tint au milieu des combattants et mit une plume dans son chef pour se faire remarquer et dire qu’il ne craignait rien. Il marchait avec fanfaronnade ce qui fit dire au Prophète  (BP sur lui) : “Allah n’aime pas cette démarche à part dans ces circonstances.” Hamza fonça entre les rangs ennemis plusieurs fois à la file. Ali et Az-Zoubaïr l’imitèrent. Il se dirigea vers le porteur de l’étendard de Qoraïche, le tua et plusieurs autres des Bani ‘Abd Iddar après lui. Ali et Az-Zoubaïr tuèrent le reste du groupe des porteurs d’étendard.
En très peu de temps, les Musulmans eurent le dessus et les combattants de Qoraïche se mirent à fuir. Les corps des mécréants gisaient par terre et le butin jonchait le sol. Les tireurs de la colline auxquels le Messager avait donné l’ordre formel de ne pas descendre de leur place pensèrent que la bataille était conclue et dégringolèrent rapidement pour s’emparer du butin. ‘Abdillâh ibn Az-Zoubaïr qui était avec eux leur rappela les ordres du Prophète (BP sur lui) mais ils ne voulurent pas lui obéir et le laissèrent avec dix autres seulement sur le mont. Ils désobéissaient aux ordres du Messager et furent la cause de la défaite des Musulmans après qu’ils aient été si proches de la victoire. Tous ces malheurs à cause de quarante désobéissants, qu’en serait-il alors si c’était toute la Umma qui désobéissait. Cet ordre du Coran –qui peut être traduit par - : “«Obéissez à Allah et obéissez au Messager.(TSC, An-Noûr (LA LUMIERE) : 54)  est venu trente fois dans le Coran et nous avons un autre verset –qui peut être traduit par - : “Que ceux, donc, qui s'opposent à son commandement prennent garde qu'une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux. " (TSC, An-Noûr (LA LUMIERE): 63).
Khaled ibn al-Walîd qui n’arrivait pas à contourner les Musulmans à cause des tireurs et avait pensé que son armée avait perdu la guerre. A la vue des tireurs qui descendaient, il réalisa ce qui pouvait changer la bataille et en profita pour passer derrière le mont et l’escalader. Il tua la plupart des tireurs restants et fit fuir les autres. Il voulut ensuite attirer l’attention de Abi Soufiân et cria du haut du mont : “Honneur à Hobal (nom d’une idole).” Il remontait ainsi le moral des polythéistes tandis que les Musulmans découragés couraient dans la débandade.
Un des mécréants appelé Abdillâh ibn Qami’a avait une haine farouche pour les Musulmans et particulièrement pour le Prophète  (BP sur lui). Il était venu spécialement pour le tuer. Il vit Mos‘ab ibn ‘Oumaïr, pensa qu’il était le Prophète, l’attaqua et lui coupa le bras qui tenait l’étendard. Mos‘ab prit son drapeau de l’autre main et l’homme se rua sur lui, lui coupa l’autre bras et le tua alors qu’il tenait le drapeau de ses deux moignons. Ibn Qami’a pensant avoir tué le Prophète  (BP sur lui) se mit à crier : “J’ai tué Mohammed, j’ai tué Mohammed.”
Les Musulmans découragés prirent la fuite vers Médine. Ils se répétaient en marchant : “Le Prophète est mort, qu’allons-nous faire ?” D’autres parmi lesquels Abou Bakr et ‘Omar disaient : Hâtons-nous vers  Médine pour sauver ce que nous pouvons sauver.
Le Messager était demeuré sur le champ de bataille avec seulement vingt compagnons parmi lesquels une femme Noussaïba bint Sa‘d (Oum ‘Oumara). Des groupes de mécréants commençaient à entourer le Prophète (BP sur lui). Que pouvait-il faire avec seulement vingt personnes ? Beaucoup pensaient qu’il était mort. Il se mit à hausser la voix pour appeler à lui les compagnons. Les vingt compagnons entourèrent le Messager (BP sur lui) pour empêcher les flèches de le toucher et Abou Doujana qui était parmi eux recouvrit le Prophète (BP sur lui) de son corps et tout son dos fut hérissé de flèches ennemies. Sa‘d Ibn Abi Waqqâç également se tenait devant le Messager et tirait sur les mécréants. Il y avait aussi Talha ibn ‘Oubaïd Allâh juste âgé de vingt-huit ans qui disait au Messager de baisser sa tête pour éviter les flèches. Il en vit une qui venait vers le Prophète (BP sur lui) et interposa sa main pour la recevoir dans sa chair à sa place. Le Messager âgé de cinquante-huit ans tout épuisé disait : “Qui peut me protéger pour avoir le Paradis en retour ? ” Yazîd ibn Assakan, un autre compagnon vint avec dix autres et commença à le défendre. Le Prophète (BP sur lui) était maintenant le centre de la bataille.
Oubaïd ibn Khalaf, entièrement couvert de fer en ayant laissé comme seuls orifices une ouverture au niveau de la bouche pour respirer et deux autres au niveau des yeux pour voir, commença à s’approcher du Prophète  (BP sur lui) et lorsque Talha Ibn Oubaïd Allah, malgré ses blessures, l’aperçut il avertit le Prophète  en s’écriant : « Ô Messager d’Allah, ce cavalier s’approche ! »
Le Prophète (BP sur lui) le reconnut au son de sa voix qui s’écriait : « Où est Mohammad ?! » On raconte alors que le Prophète (BP sur lui) repoussa tous ceux qui l’entouraient, se munit d’une lance qu’il lança en direction du cavalier qui ne l’atteint que d’une blessure minime au niveau de la bouche car il était entièrement abrité par le fer. Cependant Oubaid ibn Khalaf s’écria : « Mohammad m’a tué ! Mohammad m’a tué ! » Alors on lui répondit : « Comment t’aurait il tué, tu n’as été atteint que d’une petite blessure superficielle ! » Il rétorqua : « Un jour, à la Mecque, il m’a dit qu’il me tuerait, aujourd’hui je le crois. » Puis il se dirigea vers la montagne Uhud toujours en hurlant et commença à l’escalader jusqu'à ce qu’on le vit en tomber de l’autre côté, la chute fut mortelle et c’est sa grande frayeur ou peut-être même la confiance totale en la véracité de ce que lui avait dit le Messager d’Allah (BP sur lui) qui l’a tué.
Mais la plus brave fut une femme ; Om Oumara, elle ne s’est pas sauvée mais resta avec son fils aux côtés du Prophète (BP sur lui) tandis qu’une grande partie des gens s’était enfuie. Imaginez-la, debout, résistante et persistante alors que le nombre de personnes autour du Prophète (BP sur lui) commençait à diminuer, quand arriva Abdillâh ibn Qami’a l’assassin de Mos’ab, ce dernier a su que le Messager d’Allah (BP sur lui) était encore en vie et se fixa donc pour but de le tuer. Om Oumara équipée d’une épée se plaça entre lui et le Prophète (BP sur lui), elle ne savait pas combattre, elle était uniquement venue abreuver les blessés, mais elle se rendit compte qu’il voulait attaquer le Messager d’Allah (BP sur lui) de dos ; elle s’interposa. Il lui affligea alors un coup qui fit voltiger l’épée de sa main. Om Oumara raconte qu’à ce moment là elle faillit s’enfuir mais que lorsqu’elle vit le Prophète (BP sur lui) seul elle ne bougea pas. Puis Abdillâh ibn Qami’a se mit à la frapper sur son épaule à tel point que l’os s’enfonça et que le sang jaillit mais elle ne se sauva pas et s’effondra. Lorsqu’elle vit son fils Habib Ibn Zaïd venir à son secours elle lui dit : « Laisse-moi ! Laisse-moi ! Rejoins le Messager d’Allah ! » 
Lorsque le Prophète (BP sur lui) la vit baigner dans son sang, il la regarda et leva ses mains vers le ciel en disant : « Qui peut supporter ce que tu endures Ô Om Oumara ?! » Elle le regarda et lui répondit : « Je supporte ! Et supporte ! Et supporte mais te demande une seule chose ; t’accompagner et être à tes côtés au paradis Ô Messager d’Allah » Il lui dit alors : «  Tu ne seras pas la seule mais toi ainsi que toute ta famille ! Vous êtes mes compagnons au paradis. »
Pendant ce temps Anas Ibn An-Nadr, l’oncle de Anas Ibn Malek qui n’a pas assisté à la bataille de Badr et qui a juré que s’il avait la chance de vivre un autre combat il allait montrer à Allah ce dont il est capable, rentrait de voyage. A Médine il croisa les compagnons revenant de la bataille et leur demanda : « Que vous arrive t-il ? » Ils répondirent : « Le Messager d’Allah a été assassiné » Il les dévisagea et rétorqua : «  Et que voulez-vous faire de la vie après lui ? Levez-vous et mourez de la même façon que lui !! »  Il réussit à convaincre toute une armée de retourner au combat! Il se dirigea vers la montagne de Uhud, on lui demanda alors : « Où vas-tu comme ça Anas ?! » Il répondit : « Au paradis ! Je vais au paradis Ô Dieu de Nadr ! Je sens l’odeur du paradis au pied de la montagne de Uhud ! » On raconte qu’il a été retrouvé à l’endroit qu’il avait indiqué et tout sont corps était couvert de flèches, de coups, on ne l’a pas reconnu tellement il a été défiguré par les mécréants. Seule sa sœur l’a reconnu. Allah dit à son sujet – ce qui peut être traduit : « Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore; et ils n’ont varié aucunement (dans leur engagement) » (TSC, Al-Ahzâb (LES COALISES : 23)  Anas a fait une promesse le jour de Badr, promesse qu’il a tenue à Uhud, et vous, avez-vous tenu les vôtres ??
Un des mécréants, Abu Amer Al-Fasseq creusa un trou afin que le Prophète (BP sur lui) tombe dedans. Pris par la bataille, le Prophète (BP sur lui) chuta dans le trou et son visage heurta une roche qui provoqua la fracture de ses deux incisives supérieures et sa bouche se remplit de sang. Le Prophète (BP sur lui) était coincé dans la fosse et lorsqu’il voulut se relever Abdillâh ibn Qami’a lui porta un coup d’épée sur le casque. Le casque s’encastra dans la tête du Prophète (BP sur lui). Les compagnons essayaient de le retirer, mais en vain, jusqu'à ce qu’arrive ‘Obaïda Ibn Al-Jarrah qui le lui retira avec ses dents qui se cassèrent. Et à ce propos les compagnons ont dit : « On a toujours pensé que ceux qui ne possédaient plus de dents n’étaient pas beaux jusqu’à ce que l’on ait vu ‘Obaïda Ibn Al-Jarrah qui est devenu encore plus beau après qu’il ait perdu ses dents pour le Messager d’Allah (BP sur lui) » Le sang jaillit du visage du Prophète (BP sur lui), et ‘Omar Ibn Al-Khattab lui demanda : « Maudis-les ô Messager d’Allah ! » il (BP sur lui) lui répondit : « On ne m’a pas envoyé pour les maudire mais pour être miséricordieux envers eux. » Le visage couvert de sang, il leva ses mains au ciel et dit : « Ô Allah guide mon peuple car ils sont ignorants. » Il ne combattait pas pour se venger mais pour transmettre son message et défendre sa cause. S’il se battait pour les effusions de sang comme l’ont insinué les occidentaux jamais il n’aurait invoqué Allah en leur faveur. Paix et bénédiction sur toi ô Messager d’Allah toi qui représentes la miséricorde incarnée.
La blessure du Prophète  (BP sur lui) continuait de saigner et Ali Ibn Abi Taleb lui versait de l’eau sur le visage mais la blessure s’aggravait à un tel point qu’il fut contraint de chauffer un morceau de tissu pour la cautériser.
Quant à Handala, le jour de la bataille de Uhud, il était avec son épouse. C’était leur premier jour de mariage mais quand il a entendu l’appel au combat : « Etalons d’Allah partez sur son sentier ! » il partit sans même avoir eu le temps de se laver. Le Messager d’Allah (BP sur lui) dit : « J’ai vu les anges laver Handala dans une cuvette en or » ce qui provoqua l’étonnement du Prophète (BP sur lui) car le martyr ne doit pas être lavé. Il alla donc en parler avec l’épouse de Handala qui lui apprit qu’ils avaient passé leur première nuit ensemble sans qu’il ait eu le temps de se laver afin de se joindre au combat. Handala a préféré défendre sa cause et se sacrifier au lieu de rester dans les bras de son épouse!!
Il y a aussi ‘Amr Ibn Al-Jamouh qui boitait. Il avait quatre fils qui lui dirent qu’ils iraient se battre à sa place et que personne ne pouvait rien lui reprocher. Il se rendit donc chez le Prophète (BP sur lui) en colère se plaignant de ses fils. Le Prophète  lui dit : « Mais ‘Amr tu boites » il lui répondit : « Ô Messager d’Allah laisse-moi poser les pieds au paradis avec ce boitement » Le Prophète  (BP sur lui) sourit en disant : « Laissez-le, peut-être qu’Allah exalté soit-Il va lui accorder le martyre ». Sur le champ de bataille, il dit : « Quelle bonne odeur que celle du paradis ! Quelle bonne odeur que celle du paradis !» Vous voyez à quel point le paradis était cher à son cœur ! Il combattait et observait le Prophète tout en disant : « Ô Allah ne m’y ramène pas ! (à la vie sur terre) » Il combattit jusqu’à ce qu’il tombât en martyr. Le Prophète  (BP sur lui) dit : « Je vois en ce moment ‘Amr parcourir le paradis en boitant, Allah lui a offert ce qu’il lui avait demandé. »
Parmi les martyrs se trouve aussi Abdullah Ibn Hiram qui avait neuf filles et un garçon Jaber Ibn Abdullah. Tous deux procédèrent à un tirage au sort afin de déterminer qui allait rester aux côtés des filles et qui allait partir sur le sentier d’Allah. Le sort décida que Abdullah allait combattre et Jaber resterait près de ses sœurs. Abdullah dit à son fils qui était en larmes : « Je jure par Allah mon fils que s’il était question d’autre chose que le paradis je te l’aurais laissé mais là il s’agit du paradis ! » Vous voyez à quel point la cause est grande ! Abdullah mourut au combat, son corps fut mutilé et son fils demanda aux compagnons de le laisser voir son père et quand ils essayèrent de l’en empêcher pour qu’il ne sache pas ce qui lui est arrivé, le Prophète leur dit : « Laissez le voir son père. » Son fils raconte : « j’ai regardé mon père et me suis mis à pleurer. » Alors le Prophète lui dit : « Mon fils, que tu le pleures ou non, les Anges ne cessent de le couvrir de leurs ailes », puis il (BP sur lui) le regarda et lui dit : « Réjouis-toi Jaber » « Pourquoi ô Messager d’Allah ? » Le Prophète lui répondit : « Jaber, Allah n’a jamais parlé à personne sans qu’il y ait un voile. Pour ton père, il a soulevé ce voile et lui a dit : Demande-moi ce que tu désires ? Il lui répondit : « Ô mon Dieu, je souhaiterais ressusciter à la vie et de nouveau être tué pour Toi. » Alors Allah a répondu : « Mon esclave, je les ai destinés à ne plus jamais y retourner, alors formule un autre souhait. » Alors il dit : «  Ô mon Dieu transmets mon bonheur aux occupants du bas monde ! »
Et c’est là qu’est descendue la parole d’Allah- qui peut être traduite par : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah soient morts. Au contraire, ils sont vivants auprès de leur Seigneur bien pourvus et joyeux de la faveur qu'Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés. » (TSC Al-‘Imrân : 169)  Voyez-vous à quel point ils aimaient le Prophète (BP sur lui), jusqu’où étaient-ils prêts à aller pour défendre leur cause et surtout à quel point ce message est grand et cher !
Parmi les martyrs il y eut Abdullah Ibn Jahch. La veille de la bataille il rencontra un ami qui lui dit : «  Je souhaiterais demain combattre un mécréant bien bâti et d’une grande force jusqu’à ce que je le tue ! » Abdullah répondit alors : « Quant à moi demain je souhaiterais combattre un mécréant bien bâti et d’une grande force jusqu’à ce que je le tue  puis combattre un autre mécréant d’une grande force jusqu’à ce qu’il me tue ; me perce l’estomac, me coupe l’oreille puis le nez pour que le jour de la résurrection je rencontre Allah et que lorsque Il me demandera « Pourquoi Abdullah es-tu ainsi ? » je lui réponde: « Pour Toi Ô mon Dieu ! Pour Toi ! » Ils retrouvèrent Abdullah Ibn Jahch le ventre percé, l’oreille coupée et le nez arraché et à côté de lui gisait le cadavre d’un mécréant.
Sa’d Ibn Rabi aussi a combattu les mécréants jusqu'à ce qu’il fut martyr. A la fin de la bataille, le Prophète  dit : « Trouvez-moi Sa’d ibn Rabi » Abiy Ibn Ka’b partit donc à sa recherche. Lorsqu’il le trouva il était en train de vivre ses derniers instants et il lui dit : « Sa’d, c’est le Messager d’Allah qui m’envoie, il te passe le salut » alors il lui demanda : « Est-il encore vivant ? » (Il circulait une rumeur à propos du décès du Prophète.) « Oui » répondit Abiy Ibn Ka’b. Alors Sa’d soupira profondément, formula ses louanges à Allah puis dit : « Transmets le salut de ma part au Messager d’Allah et dis-lui Sa’d te dit : Ô Messager de Dieu, qu’Allah te récompense pour ce que tu as fait pour nous car en ce moment je vois réellement ce que tu nous avais promis (c’est-à-dire les hadiths du Prophète (BP sur lui) à propos du paradis, car Sa’d le voyait), transmets également le salut aux Ançars et dis-leur : « Vous n’aurez aucun motif valable, si le Messager d’Allah est tué alors qu’il reste parmi vous une âme qui vive. »
Et aujourd’hui je vous répète ce que Sa’d a dit : Nous n’avons aucun motif valable si la Sunna du Prophète  n’est pas respectée alors qu’il reste parmi nous une âme qui vive. Travaillez ! Bougez et portez enfin le message et défendez notre cause ! Surtout n’oubliez jamais cela après Ramadan, n’oubliez pas les martyrs et la bataille d’Uhud.
Le meilleur et le dernier des martyrs est Hamza Ibn Abd El-Mottaleb. Lorsque Khaled Ibn Al-Walid est monté sur la montagne où se trouvaient les musulmans, Hamza a essayé de trouver une solution et a emmené avec lui un groupe de combattants derrière la montagne. Ils y rencontrèrent un groupe de mécréants et Hamza se mit à les combattre avec bravoure et rapidité car il voulait rejoindre le Prophète (BP sur lui). Tapi derrière un rocher se trouvait Wahchi. Hind, la femme de Abu Soufiân, lui avait promis sa liberté en échange de la mort de Hamza car il avait tué son père et son frère durant la bataille de Badr. Dès que Hamza fut de dos, Wahchi lui porta un coup de lance qui l’atteignit dans le dos et lui transperça le ventre ; une personne atteinte d’une telle blessure devrait s’effondrer sur place, mais Hamza le brave et fort croyant fixa Wahchi du regard en courant vers lui malgré sa blessure grave. Ecoute ce que Wahchi a dit en le voyant : « Je jure que je n’ai pu bouger de ma place tellement j’ai eu peur de lui ». Il s’est rapproché de lui mais finit par succomber à sa blessure. Hamza mourut et Wahchi se mit à courir en direction de Hind en s’écriant : « Je l’ai tué ! Je l’ai tué ! »  Elle arriva munie d’un couteau et sectionna le ventre de Hamza et en sortit son foie qu’elle commença à mâcher sans arriver à l’avaler car il s’agit là d’un sang bien trop cher et bien trop important pour qu’Allah exalté soit-Il lui permette de pénétrer dans le corps d’une femme comme elle, Abou Soufiân la rejoignit en souriant ainsi qu’un des mécréants qui prit une lance et l’enfonça dans la bouche de Hamza. A la fin de la bataille, en le voyant, le Prophète s’effondra en larmes et jamais il ne pleura quelqu’un ainsi. Hamza a été enterré sur place et son corps y resta 40 ans jusqu’à ce qu’il y eut une inondation à Médine et que l’on ordonnât de transporter tous les restes des martyrs dans ce cimetière. Ils déterrèrent Hamza et le trouvèrent exactement dans le même état qu’il y a 40 ans.
Cette terre a vu le sacrifice de Hamza et le sacrifice de tous les autres martyrs, quant à nos larmes à nous elles doivent se traduire en amour pour le Prophète (BP sur lui), en respect de sa tradition et en bonne action sur terre, en améliorant la société et en créant une grande renaissance. 
Le Prophète  (BP sur lui) a senti que le combat devenait de moins en moins équitable ; il décida donc de retirer son armée sans qu’ils aient été vaincus par Qoraïche et sans pour autant les avoir battus ; il (BP sur lui) commença à crier : «  La montagne ! La montagne ! » en indiquant un repli à l’intérieur de la montagne. Le Prophète (BP sur lui) et ses compagnons se replièrent dans la partie la plus étroite de la montagne, en hauteur à l’abri tout en gardant une vue sur le champ de bataille.
Revivons maintenant la dernière scène de la bataille de Uhud, lorsque le Prophète (BP sur lui) et 300 à 500 compagnons se regroupèrent au sommet de la montagne, dissimulés des yeux de Qoraïche pour qu’elle n’ait pas idée du nombre de personnes qui s’y trouvait. Au pied de cette montagne Abou Soufiân commença un nouveau combat de « paroles » à la fin de la grande bataille et s’écria : « Vénérez Hobal ! » et les compagnons ne répondirent pas, alors le Prophète (BP sur lui) s’écria : «  Vous ne lui répondez pas ?! » « Que devons-nous lui répondre ô Messager d’Allah » demandèrent les compagnons. Il (BP sur lui) répondit : «Allah est le plus haut et le plus honoré ! » et les compagnons répétèrent après lui : « Allah est le plus haut et le plus honoré ! ». Abou Soufiân rétorqua : « Vénérez El Ozza ! Vous êtes sans gloire ! »  Et les compagnons ne répondirent pas, alors le Prophète  (BP sur lui) s’écria : «  Vous ne lui répondez pas ?! » « Que devons-nous lui répondre ô Messager d’Allah » demandèrent les compagnons. Il (BP sur lui) répondit : « Dites Allah est notre Seigneur et vous n’en avez point ! » et les compagnons répétèrent après lui : « Allah est notre Seigneur et vous n’en avez point ! » Imaginez-vous la scène, toute une montagne raisonnant d’une seule voie « Allah est notre Seigneur et vous n’en avez point ! ». Abou Soufiân dit alors : « ce jour contre celui de Badr ! » Et les compagnons ne répondirent pas, alors le Prophète (BP sur lui) s’écria : «  Vous ne lui répondez pas ?! » « Que devons-nous lui répondre ô Messager d’Allah » demandèrent les compagnons. Il (BP sur lui) répondit : « Dites ce n’est pas pareil nos morts sont au paradis les vôtres sont en enfer ! » et les compagnons répétèrent après lui : « Ce n’est pas pareil nos morts sont au paradis les vôtres sont en enfer ! » Abou Soufiân pensait que le Prophète (BP sur lui) était décédé mais lorsqu’il entendit les répliques de l’armée, il dit : « J’atteste que Mohammad, Abou Bakr et ‘Omar sont en vie ! » Il se retira alors avec son armée.
Conclusion :
La bataille se termina ainsi sans victoire ni défaite des musulmans, le Prophète (BP sur lui) et les compagnons descendirent de la montagne très déçus et tristes et arrivèrent les paroles d’Allah exalté soit-Il dans de très beaux versets adressés aux compagnons : « Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. » (TSC, Al-‘Imrân : 139)

Publié dans Islam

Commenter cet article